Au printemps 2015, j’avais enfin trouvé la réponse. Lancer un projet ambitieux qui serait à la fois un hommage à tous ces hommes courageux et qui permettrait d’apporter enfin ma contribution aux Sauveteurs en Mer.

La rencontre, durant l’été 2015, avec François Portugal, président de la station SNSM de Belle-Île-en-Mer, fut des plus importantes. Il rendait ce projet envisageable. À mon retour à Paris, convaincre l’équipe de l'Atelier Parisien d'Horlogerie de la pertinence de cette aventure ne fut pas difficile. L’esprit de partage, n’est-ce pas le slogan de l’entreprise ?

L’automne 2015 fut déterminant. Bien que le projet fut déjà bien amorcé, tout ou presque serait à revoir. C’est en observant Gauthier, étudiant en horlogerie doué, passionné et travailleur, accompagné de son illustre professeur Michel Boulanger, lors de la visite de fin de stage dans notre atelier, que cette entreprise allait prendre une toute autre ampleur.

Hiver 2016, un premier échange avec la direction parisienne de la SNSM m’ouvrait la voie d’un partenariat inédit. Le projet devenait alors un défi enthousiasmant : rendre hommage aux Sauveteurs en Mer à travers la création d’une montre. Mais pas n’importe quelle montre !

Cette montre devrait avoir quelque chose de particulier, d’exceptionnel et être d’une conception exigeante. Un instrument de mesure témoignant d’un véritable savoir-faire qui renouerait avec ce passé glorieux de la France où l’horlogerie et la navigation étaient intimement liées.

Été 2016, en pleine période d’examens, l’accueil enthousiaste de l’équipe pédagogique du Lycée Diderot se concrétise. Le projet allait pouvoir se réaliser dans sa globalité. En confiant la conception de cette montre marine aux élèves de la classe de DMA horlogerie du Lycée Diderot à Paris, une certaine idée de la transmission des connaissances allait parfaire cette belle aventure humaine. Horlogerie, navigation et enseignement : l’esprit de Ferdinand Berthoud n’était décidément pas très loin…

 Et notre « petit » Gauthier, que devient-il ? C’est par un sms que j’apprends ses résultats, lui-même étant trop préoccupé par son stage dans le groupe Richemont : « J’ai eu mon diplôme de BMA horlogerie avec la mention très bien ». Dès la rentrée 2016, Gauthier et quatorze autres élèves du DMA horlogerie du Lycée Diderot débuteront la conception de la Montre SNSM, soumise à l’expertise des enseignants selon le cahier des charges de l’Atelier Parisien d’Horlogerie.